Accueil

Culture

Société

Code de la famille au Maroc cinq ans plus tard

Code de la famille au Maroc cinq ans plus tard

  • Présentation
    fr En Février 2004, le Maroc a été félicité pour les progrès que les droits des femmes, en particulier pour la révision du droit de la famille,''the''Moudawana depuis 1958. Cette réforme a été le résultat d'années de travail entre scientifiques, théologiens, des militants et des avocats. Cinq ans plus tard, il est temps d'évaluer le bien-fondé d'une telle reconnaissance. L'esprit de la réforme de 2004 a été de rétablir l'égalité entre les hommes et les femmes dans la famille, pour protéger les intérêts de l'enfant, de maintenir l'équilibre entre tradition et modernité au Maroc très attachés à leur identité. Par exemple, une jeune femme marocaine est désormais libre de se marier sans la permission de son père. La famille est également sous la responsabilité conjointe du mari et n'est plus la seule responsabilité de l'homme. En outre, la polygamie, le droit absolu d'un homme, sous l'ancienne loi, sous réserve de l'approbation par le nazionaletribunale, etsurtout, la rigueur des lois qui rendent pratiquement impossible. Lacreciente nombre de femmes juges dans la famille et un rajeunissement de la grande masse de la magistrature sont également parmi les événements les plus importants de la réforme. Toutefois, d'autres changements sont encore nécessaires. Parce que si elle est à ses débuts, la Moudawana a eu un effet dissuasif - les gens ont immédiatement compris que ce n'était pas facile d'obtenir des exemptions de la cour - en matière de mariage, la polygamie ou de l'enfant, par exemple. Ainsi, alors que le nouveau code, l'âge légal du mariage à 18 ans exige 10% des mariages au Maroc sont des mineurs. En outre, une augmentation spectaculaire (plus de 50% entre 2006 et 2007) les mariages de mineurs ont été observés dans les zones rurales. En plus de la nécessité d'une bonne mise en ?uvre du présent code, même en donnant la priorité thetraining des juges à l'approbation de nouvelles lois, les réformes sont nécessaires pour parvenir à l'égalité en outreentre les hommes et les femmes. Par exemple, en ce qui concerne la planification successorale et d'homologation, il n'est pas raisonnable ou approprié actuellement en vigueur dans le cas deherederas qui partagent son patrimoine avec son oncle ou un cousin. bénéficier le Maroc de renforcer le débat en vue, peut-être, une nouvelle réforme de la Moudawana. Imaginez l'évolution des rôles de Zakia Tahiri Cinq ans après la réforme du droit de la famille au Maroc, les Marocains sont encore sur l'identité de la famille marocain. Nawal''''eine vieille marocaine, est fière des réformes ont été introduites. Pour eux comme pour de nombreux Marocains, est une victoire. Un autre marocain, cependant, que Ilham''''do ne comprends pas grand-chose. Najat'','' maintenant contre lui parce qu'il a été dit que ce n'est pas le willMeetDio. Les femmes sont divisées sur la question. ''''Rashid, un jeune Marocain, refuse de se marier parce qu'elle a appris que danscas de divorce, ils doivent partager leur richesse avec sa femme. And''Alis''of Maroc semblent avoir perdu leur dignité, parce que la famille est sous la loi, sous la responsabilité des deux conjoints. Diferentesvistas Ces documents sont disponibles dans le film de 2008 avec le numéro du titre, parce que le personnage principal, un directeur,''Anzahlone''of une usine textile qui emploie 50 travailleurs. Moudawana est un thème récurrent dans le film, qui présente le débat sur l'égalité des sexes au Maroc dans une nouvelle lumière. Des milliers de femmes ont vu le film. Parmi eux se trouvaient des femmes qui n'ont pas les ressources ou l'intérêt, n'ont jamais été au cinéma. Ils sont venus parce qu'aucun d'autres femmes ont dit que mon film est parlé dans leur vie quotidienne. situations identificatialle ManyWomen décrit dans le film. Ils ont vu leurs maris, parents ou même leurs propriétaires. Les hommes étaient excités. Un homme m'a dit après le film: «C'est unevoir le film, j'ai réalisé que j'étais un garçon ...." Et un deuxième coup à moi. "Je veux que mes filles pour voir le film akzeptierenwas jamais qu'ils croient être leur destin,« Cinq ans plus tard, le numéro un Moudawana avec humour et plaisir, ouvert au débat et défi perspectives sur le rôle des hommes et des femmes dans la société marocaine.
    Préstation



    Contact
    Coordonnée
    Contact: Source: Bladi.

    Site web :    


    Adresse :
    Contact
    Nom et prénom :
    email :
    Selection
    Festival du théâtre universitaire, 3ème édition
    Le chat qui rit
    Riad Mauresque
    Marrakech : Bon cru pour l'Erac Tensift
    Le Domaine de la Roseraie
    Riad mon rêve
    L’approvisionnement en eau potable revient à la normale
    Amina Maatouk
    Opération de recrutement
    Topographie Générale de Tensift
    FLEUR'IN
    Boccara Charles
    Amagusta Immobilier
    Porte d'Orient
    Riad Amin
    Made In Marrakech au Lolo quoi, spécialités italiennes
    APPARTEMENT LYA
    Marrakech Consulting Group
    Léon l'africain
    Objet roulant non identifié